La Ville d’Angoulême, lance son Atlas de la biodiversité communale (ABC), un inventaire permettant une meilleure connaissance et une valorisation de la nature angoumoisine auprès de la population. L’association Charente Nature est partenaire dans la réalisation de l’inventaire naturaliste et dans l’animation du dispositif. 
 
Cette initiative doit pouvoir aussi s’appuyer sur la participation de tous, c’est pourquoi, en tant qu’habitant(e) d’Angoulême, nous vous invitons à participer à l’enquête « La Nature à notre porte… Oiseaux à la mangeoire », qui se déroule du 1er décembre 2014 au 28 février 2015.
 
Cette enquête, concerne toutes les espèces d’oiseaux venant s’alimenter dans vos mangeoires. Si vous nourrissez les oiseaux en hiver dans votre jardin ou sur votre balcon, alors… participez ! Vos observations seront prises en compte dans l’inventaire ! Vous pouvez télécharger et imprimer la fiche enquête participative ci-dessous.
 
La nature à votre porte « Oiseaux à la mangeoire »

Comment nourrir les oiseaux en hiver…

Dans le cadre de l’enquête « Oiseaux à la mangeoire », nous vous invitons à installer des mangeoires afin de pouvoir observer les oiseaux dans de meilleures conditions. Vous les aiderez aussi à mieux affronter l’hiver.
 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAConseils de fabrication et de protection

Les mangeoires ayant à subir les intempéries, il est important de choisir un bois résistant à l’humidité, voire de le protéger avec de l’huile de lin (une application de deux couches donne une parfaite étanchéité) ; opération à réaliser quelques semaines avant l’installation. Pour conserver votre mangeoire, renouvelez cette opération chaque année. Il faut veiller à l’orientation de son emplacement, de préférence Sud, Sud-Est.
 

Comment régaler les oiseaux…

Pour les granivores, moineaux, pinsons, verdiers, chardonnerets, grosbecs… des graines de tournesol, des pépins de pommes, de poires, du blé, de l’avoine, du millet, des brisures de riz… (l’oiseau choisit les graines qu’il préfère). Pour les insectivores, sitelles, rouges-gorges, accenteurs, troglodytes, mésanges… des vers de farine, des boules de graisse… Les cerneaux de noix, les noisettes sont très appréciés des mésanges et des sitelles. Les fruits au sol, comme pommes et poires, font le régal des merles et des grives.

Préparation d’un plat de résistance…

1 – Faire fondre un corps gras non salé (saindoux par exemple)
2 – Ajouter des graines
3 – Verser le mélange dans un récipient (un pot de yaourt), ne pas oublier de fixer au centre du pot un fil de fer avant l’opération qui sera nécessaire pour suspendre le bloc obtenu après refroidissement à une branche d’arbre
4 – Démouler après avoir coupé le pot Vous pouvez également verser le mélange dans un récipient plat.
 
La boisson… Lorsque le gel sévit, évitez de donner de l’eau chaude ou pire encore de rajouter de l’antigel ou de mettre du sel ! Il suffit de changer l’eau à horaires fixes, les oiseaux s’y habitueront. Le récipient choisi doit être peu profond (3 à 4 cm).
 
Durant l’hiver, les oiseaux vont devenir dépendants de cette action, il ne faut surtout pas s’arrêter. Dès que le temps se radoucit, à l’approche du printemps, ils peuvent se débrouiller seuls à nouveau pour trouver leur nourriture.
 
Nous vous souhaitons de bonnes observations et n’oubliez pas de faire parvenir vos fiches enquête « Oiseaux à la mangeoire » à :
Charente Nature – Impasse Lautrette – 16000 ANGOULEME
Partager :
  • googleplus
  • imprimer
  • mail