Dans le cadre du programme de restauration de l’Hôtel de Ville initié en 2013, qui prévoit la réfection totale du revêtement de surface de la cour et l’aménagement d’un accès au bâtiment pour les personnes à mobilité réduite, la Ville d’Angoulême a effectué une demande de diagnostic archéologique préalable auprès des services de l’état, en vue de mieux documenter l’état de conservation et la profondeur des vestiges de l’ancien château des comtes d’Angoulême. L’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap),  intervient  donc du 21 mars au 1er avril 2016.

Dans ce cadre, d’un point d’information ouvert au public aura lieu
 jeudi 24 mars de 16h30 à 17h30 dans la cour de l’hôtel de ville
animé par Adrien Montigny, responsable d’opérations à l’Inrap

Des sondages archéologiques dans la cour de la mairie

Avant que les travaux d’aménagement ne débutent, et pour éviter qu’ils ne soient interrompus par la découverte fortuite de vestiges, un diagnostic doit être effectué afin de savoir si le terrain renferme des traces d’occupations humaines anciennes. Les objectifs du diagnostic sont de détecter, caractériser, circonscrire et dater d’éventuels vestiges en sondant 5 à 10 % de la surface concernée par le projet d’aménagement. Les sondages consistent à ouvrir des tranchées, véritables fenêtres de reconnaissance d’environ 2 mètres de large sur plusieurs mètres de long, à l’aide d’un engin mécanique qui travaille sous la direction et la surveillance des archéologues. Ainsi, une équipe d’archéologues de l’Inrap réalisera plusieurs sondages dans le périmètre de la cour.

Les vestiges du château des comtes d’Angoulême ?

htel de ville d'angoulme 2L’Hôtel de Ville d’Angoulême est un édifice public construit de 1858 à 1869 au cœur de la ville haute d’Angoulême. Organisé en quatre ailes réparties autour d’une cour carrée, il se situe à l’emplacement de la partie nord de l’ancienne résidence des comtes d’Angoulême qui, installés dans la ville depuis le Xe siècle, s’engagent dans la construction d’un château dès le XIIIe siècle.

Jusque dans les années 1450, le château comtal s’organisait, pour sa partie nord, autour d’une haute cour semi-circulaire entourée d’une courtine et flanquée de quatre tours, avec au nord un donjon polygonal, achevé au début du XIVe siècle. Par la suite, l’édifice évolue et s’étend au gré de plusieurs constructions, pour devenir aux XVIIe et XVIIIe siècles la résidence exclusive des gouverneurs royaux.

En 1840, la ville achète les bâtiments de l’ancienne demeure comtale pour y installer le site central de l’Hôtel de Ville. Le nouveau projet architectural retenu entraîne alors la démolition de la plupart des vestiges du château ; seuls le donjon et la Tour « des Valois » restent à ce jour conservés et inscrits au titre des Monuments Historiques.

L’objectif des recherches est d’identifier les vestiges archéologiques potentiellement conservés dans ce secteur sensible d’Angoulême.

Les sources historiques permettent d’avoir une idée assez précise de l’organisation du château et de son évolution à partir du XVe siècle. À travers ces informations transparaît le château du XIIIe siècle pour lequel de nombreux aspects restent méconnus. Au regard de la documentation iconographique, l’un des sondages devrait permettre de retrouver la base de l’une des tours et un pan de muraille du château comtal. L’emprise de cette intervention pourrait également apporter des informations relatives aux relations entre la ville et le château. Pour les périodes antérieures au XIIIe siècle, les informations sont nettement plus lacunaires. Seule certitude, cette partie du château comtal est érigée à l’intérieur de l’enceinte contre laquelle il prend appui.

Partager :
  • googleplus
  • imprimer
  • mail