Assassination_of_Henry_IV_(Henry_IV,_King_of_France;_François_Ravaillac)_by_Gaspar_BouttatsLa famille Ravaillac était établie en Angoumois au commencement du XVIe siècle. Né à Angoulême vers 1577, François Ravaillac commença sa vie en tant que serviteur, puis devint enseignant. Très religieux, il chercha à entrer dans l’Ordre des Feuillants. La courte période probatoire échoua du fait de ses visions. Il tenta d’entrer à la Compagnie de Jésus en 1606.

En 1609, il eut une vision lui demandant de convaincre Henri IV de convertir les Huguenots. Incapable de rencontrer le roi, il interprète la décision de celui-ci d’envahir les Pays-Bas espagnols comme le début d’une guerre contre le pape. Déterminé à arrêter le roi, il décide de le tuer.

Le 14 mai 1610, Ravaillac vole un couteau dans une auberge. Il se cache dans la rue de la Ferronnerie à Paris (dans l’actuel Quartier des Halles) pour y guetter le passage du carrosse royal, le roi ayant décidé de se rendre à l’Arsenal pour visiter son ministre Sully qui était souffrant. À quatre heures de l’après-midi, celui-ci arrive. Soudain, le convoi reste bloqué suite à un encombrement : Ravaillac profite de l’aubaine et se jette sur le roi. Il lui porte deux coups de couteau mortels à la poitrine. Il se réfugie dans un caveau dans la rue des Lombards toute proche (n°62, actuel restaurant Flam’s) mais est rapidement retrouvé et maîtrisé. Il est ramené à l’Hôtel de Retz afin de lui éviter un lynchage, puis conduit à la Conciergerie.

Lors de ses interrogatoires, il est soumis au supplice des brodequins mais nie avoir été à la solde de quiconque ou avoir quelque complice. Il est exécuté le 27 mai sur la Place de Grève devant une foule hurlante. Ses parents sont forcés à l’exil sous peine de mort. Ses biens saisis, sa maison à Angoulême détruite avec interdiction d’utiliser le terrain pour bâtir. Ses frères et sœurs sont contraints à changer de nom sous peine de mort.

Partager :
  • googleplus
  • imprimer
  • mail