Site des 3 chênes et de l’ancienne Poudrerie
Page publiée le 11 avril 2019

Le projet

En 2018 la Ville d’Angoulême entreprend de re-qualifier le site des 3 Chênes et de l’ancienne poudrerie.

Après avoir été dédié, pendant presque deux siècles, à la fabrication de poudres et d’explosifs puis avoir fait l’objet, durant 13 ans, de travaux de dépollution, le site de la Société Nationale des Poudres et Explosifs (SNPE) se prépare à un nouvel avenir.

Pour anticiper la réintégration de ce morceau de ville de près de 180 ha (10% de la ville d’Angoulême) dans le territoire, la Ville entame une réflexion globale pour imaginer les conditions de la reconquête de l’ancienne Poudrerie et du quartier voisin des Trois Chênes.

Pour mener cette réflexion la Ville sélectionne un groupement de bureaux d’études (Citadia Conseil, Even Conseil, Merc/At, SCET, Iris Conseil, Aire Publique et Aetc) qui, après avoir analysé le site et ses contraintes, concerteront l’ensemble des acteurs et habitants du territoire pour définir les contours d’un projet partagé.

Pour en savoir plus sur le déroulement de l’étude référez-vous à la rubrique Calendrier de l’étude.

Présentation du site

Situé au nord-ouest de la Ville, au creux d’un méandre de la Charente, le site s’étend sur 275 hectares soit environ 12% du territoire communal.

Le secteur d’étude inclut le site de la SNPE (Société Nationale des Poudres et des Explosifs) et la plaine des 3 Chênes, comprenant des terrains et installations sportives, un cimetière et une importante surface boisée.

Histoire de la poudrerie

La Poudrerie nationale d’Angoulême est l’une des quatre manufactures royales qui se sont implantées en Poitou-Charentes, à la faveur du développement de la force militaire française.

La poudrerie a été créée sur ordonnance royale en 1819 en remplacement de celle de Saint-Jean d’Angély, laquelle fut détruite par une explosion un an plus tôt.

L’établissement, qui approvisionnait la flotte militaire de Rochefort par voie fluviale, fut installé à l’ouest de la commune d’Angoulême, à l’intérieur de la boucle formée par un méandre de la Charente. La force motrice du fleuve permettait initialement d’actionner 15 moulins à poudre.

La poudrerie d’Angoulême fut exploitée comme telle de 1826 à 2004, soit quelques 178 années d’exploitations !

En savoir plus : Projet Mémoires de la Poudrerie piloté par Le musée du Papier.

Les acteurs du projet

Ville d’Angoulême, GrandAngoulême, SNPE (Société Nationale des Poudres et Explosifs – actuel propriétaire d’une grande partie du site), Caisse des dépôts et de Consignation.

Partager :
  • googleplus
  • imprimer
  • mail